« LA GUERRE POLITIQUE ENTRE LES GOUVERNEMENTS FRANC-MAÇONS ET L’ÉGLISE CATHOLIQUE. Le cas de la France, du Canada et de la République démocratique du Congo »

Sommaire : La gestion occulte, chaotique et cavalière du Covid-19 en Occident, au Canada et aux États-Unis d’Amérique dévoile une guerre politique ouverte entre les Gouvernements franc-maçons qui pilotent les sociétés dites « démocratiques » et les autorités de l’Église catholique. L’intrusion des autorités politiques dans les mesures restrictives de fermeture des Églises en Occident dissimule l’arrogance de dirigeants qui se cachent derrière la laïcité de l’État pour museler, marginaliser et expulser les Églises catholiques de l’espace de communication publique et de construction politique du vivre ensemble. Tout en  saluant le courage théologique de Mgr Mathieu Rougé (Nanterre/France) et Mgr Gérald Cyprien Lacroix (Archevêque de Québec) qui ont publiquement dénoncé le tropisme anticlérical et antichrétien des gouvernements respectifs de leurs pays, l’article exhorte les théologiens et philosophes africains à quitter leur mutisme, leur inertie et leur paresse intellectuelle, pour oser proposer une réflexion théologique, iconoclaste et pluridisciplinaire dans la promotion des Médecines traditionnelles, chamaniques et prophétiques en phase avec les pratiques thérapeutiques  ancestrales et les attentes sanitaires des populations africaines abandonnées à leurs misères croissantes par les dirigeants criminels et corrompus qui les chevauchent.

Mots-Clés : Gouvernements franc-maçons, Église catholique en Occident, guerre virale, politique et idéologique, anticléricalisme, antichristianisme, Physiologie mécaniste de Descartes, déconstruction philosophique et théologique des Biomédecines occidentales, manipulations virales, impositions des masques, résistances intellectuelles et politiques africaines à la colonisation virale du Covid-19,  Promotions tous azimuts des Médecines chamaniques, divinatoires et prophétiques en Afrique, décadence de l’Occident, mesures autoritaires et abrutissantes du confinement indu des populations, génocides par la vaccination nocive.

Introduction : L’irruption des régimes totalitaires, policiers et franc-maçons en Europe et aux États-Unis d’Amérique

C’est en visionnant  hier soir (le 04 août 2020), la Vidéo du cardinal Gérald Cyprien Lacroix, archevêque de Québec et Primat du Canada, que j’ai décidé de penser plus rigoureusement la « question de l’aggravation des dictatures idéologiques et policières » des autorités politiques au Canada et en Europe qui profitent indûment de la gestion politique et chaotique du Covid-19 pour contrôler la mobilité des citoyens, imposer les applications sur les téléphones portables signalant la localisation des personnes en contact avec les présumés malades du Covid-19, précariser les couches sociales déjà pauvres dans des métiers nocturnes liés à la santé, au ménage et à la prise en charge des personnes vieillissantes, majoritairement occupés par les minorités racialisées, ostracisées et marginalisées d’Afrique subsaharienne et des Afro-descendants des Antilles et des Caraïbes.
Mais la motivation primordiale de cette réflexion critique et libératrice consiste à faire apparaître une dictature maçonnique subtile et maléfique que subissent les Églises en Occident, et de façon drastique, en Europe et au Canada. Mon propos ici n’est pas de commenter les actes et paroles des deux évêques dont les liens de leurs conférences sont  mis au début de ce texte : Mgr Rougé de Nanterre et Mgr Lacroix de Québec. Les deux ont stigmatisé sans équivoque le manque de respect total que les autorités politiques de leurs pays respectifs affichent ostensiblement à l’égard des Évêques, pasteurs des diocèses au nom de l’autorité apostolique sous la houlette du Pape François. Le Cardinal Lacroix a même dit que : « nous avons été de bons joueurs pour le bien de la société, malheureusement il n’y a pas eu de reconnaissance des autorités politiques. De grâce n’abusez pas de notre patience et arrêtez d’ignorer notre existence dans la société. C’est la première fois que depuis nous sommes au monde que les chrétiens ont été privés des célébrations eucharistiques durant 4 mois d’affilée sur injonctions des autorités politiques. »
Ma réflexion va désormais se dérouler en trois scansions que sont : (1) Les contradictions des mesures de confinement, (2) la dénonciation de l’antichristianisme des régimes maçonniques en Occident et (3) l’urgence d’une résistance prophétique et philosophique.

(1). Les contradictions, les inepties et les irrationalités des mesures de confinement, de distanciation, d’asphyxie par les masques et du lavage compulsif des mains
Pour ceux et celles qui sont dotés d’un sens de discernement critique et approfondi, il est évident que les mesures restrictives et attentatoires aux libertés de mobilité des populations et à l’imposition grossière des masques et autres mesures compulsives du lavement des mains, participent d’une volonté de contrôle mental et d’abrutissement des populations dans le monde entier par les puissances politiques autour de la franc-maçonnerie. Aujourd’hui au Canada, et notamment au Québec, les responsables des écoles primaires et secondaires demandent au Ministre de l’Éducation de leur dire clairement s’il faut imposer le port de masques aux élèves, car ils sont tous divisés sur cette mesure qui asphyxie littéralement ceux qui les portent.
Si tout un système éducatif d’un pays ‘’dit développé et riche’’ comme le Canada se réduit, dans les préparatifs de la rentrée des classes, à décider du port des masques et des mesures de distanciation dans les classes, ce système est incontestablement en décadence intellectuelle et humaine avancée. Les masques qui n’étaient pas obligatoires lors de l’irruption de la pandémie du Covid-19 en mars 2020, sont en train d’être imposés subrepticement aux populations abruties dans le monde entier, et surtout en Afrique, continent accoutumé à subir les dominations matérielles et symboliques de l’hégémonie esclavagiste, coloniale et néocoloniale depuis maintenant 5 siècles.
Les masques ne font pas l’unanimité au sein même des spécialistes dans les pseudo-médecines virales. Des études récentes viennent de douter sérieusement de la « véracité de la contamination virale » (Coronavirus) par les salives de la bouche et avancent l’hypothèse d’une contamination par des microbes aériens pouvant entrer dans le corps humain par tous les orifices. La gravité de ces mesures nocives pour la santé tant physique que mentale repose sur l’arbitraire avec lequel les autorités politiques et médicales rejettent aujourd’hui une mesure (les masques peuvent aggraver la propagation des virus quand les individus qui les portent les manipulent avec leurs mains), pour ensuite l’imposer demain, de façon autoritaire et totalitaire (les masques deviennent obligatoires partout au Canada dans les magasins, les banques, les hôpitaux, les écoles, les universités, y compris dans les rues piétonnes). Ce qui est grave est la facilité avec laquelle les gouvernements en Europe et en Amérique du Nord arrivent à asservir et à subjuguer les populations sans susciter des réactions significatives. Évidemment, ils imposent le chômage aux populations en leur donnant des allocations pour mieux asseoir leur manipulation mentale moyennant des chantages sur le manque de revenus consécutif au chômage et l’expulsion manu militari des personnes incapables de payer leur loyer, comme c’est le cas aujourd’hui dans les provinces de l’Ontario et du Québec, où encore une fois, les victimes expulsées dans la rue et sans logement sont les Africains et les Haïtiens dans leur grande majorité.
Mais si les préposés aux Biomédecines positivistes (Biomathématiques) avaient une certitude apodictique des trajectoires aériennes du Coronavirus, pourquoi subsiste-t-il tant des contradictions, d’inepties et des tergiversations dans la mise en place d’un vaccin opérationnel et performant ? La principale faiblesse de ces mesures coercitives et totalitaires du confinement, du port des masques et du lavage compulsif des mains, se voit dans la contradiction choquante entre d’une part, la certitude positiviste des trajectoires aériennes du virus et de la fixation géométrique de la distance sécuritaire de 2 m pour stopper sa propagation sociale, et d’autre part, les hésitations et querelles idéologiques persistantes dans la promotion d’un remède efficace sur le terrain. L’ironie de la situation se vérifie dans les limites philosophiques des présupposés de ces Biomédecines occidentales prisonnières des décisions métaphysiques qui sous-tendent la physiologie mécaniste du philosophe René Descartes. Selon Descartes, en effet, le corps humain est une mécanique des organes visibles en opposition à l’âme invisible. Et les Biomédecines cartésiennes recourent à des pratiques techniques et injectent des comprimés et autres médicaments dans le corps humain, pour pouvoir guérir machinalement la partie malade, sans tenir compte que le corps humain n’est vivant qu’aussi longtemps que Dieu assure à chaque instant l’union invisible et métaphysique de l’âme au corps. Non, toutes les maladies ne peuvent pas être guéries par des vaccins, des masques et de lavages des mains, car c’est la dimension spirituelle qui constitue le lieu ultime de la vitalité humaine, et c’est elle qui statue sur la vie ou la mort de l’animal humain. Toute pratique médicale présuppose une anthropologie dynamique enchâssée dans les schèmes culturels, religieux et métaphysiques d’une société située dans le temps et l’espace. L’universalisation indue des biomédecines positivistes, randomisées et pharmaceutiques par les projections militaires et coloniales des Civilisations occidentales depuis le XVIème siècle relèvent d’une volonté de puissance mégalomaniaque et catastrophique.

(2) L’antichristianisme et l’anticléricalisme des autorités politiques en Occident

Je ne vais pas trop m’attarder sur le processus d’ex-culturation et de rejet du christianisme par les autorités politiques, médiatiques et universitaires des sociétés fortement sécularisées et nihilistes du monde occidental. J’ai longuement traité ces questions dans mes ouvrages et articles et je dois y renvoyer . Aujourd’hui, je tiens à faire ressortir et à saluer le courage prophétique des évêques Mathieu Rougé (Nanterre/France) et du cardinal Gérald Cyprien Lacroix (Québec/Canada). Ils ont chacun dans son pays fustigé le manque de respect, de considération et de reconnaissance des autorités politiques face aux autorités de l’Église catholique dans la prise des décisions au sujet de la fermeture et de l’ouverture des lieux de culte catholiques durant la pandémie du Covid-19 qui ravage sévèrement les sociétés occidentales censées détenir des puissantes infrastructures médicales. Je n’ai entendu aucune réflexion théologique crédible chez les théologiens et évêques en Afrique, mais uniquement la rapidité avec laquelle les autorités des Églises ont fermé les lieux de culte sur injonction des gouvernements obscurantistes aux ordres de leurs parrains franc-maçons du monde occidental qui les maintiennent militairement au pouvoir moyennant leur servilité à vie. Est-ce que les responsables des Églises doivent obtempérer aux diktats des politiques pour fermer les Églises sans avoir exercé au préalable un discernement théologique rigoureux questionnant la véracité des manipulations autour du Coronavirus par les puissances technologiques du monde occidental qui ont arraisonné tous les réseaux téléphoniques et communicationnels par des messages aggravant la propagation mondiale du Covid-19 sans aucun argument apodictique acceptable par tous. Chaque jour les grandes Chaînes de télévision occidentales nous bassinent les oreilles avec l’actualisation mécanique des statistiques des malades du Covid-19 en Afrique. Mais pourquoi les autres épidémies et pathologies qui causent des millions de morts chaque année en Afrique et ailleurs dans le monde sont-elles subitement tues ? Le fait de se taire devant les autres maladies suffit à prouver pourquoi la lutte contre le Coronavirus s’accompagne d’une batterie des mesures restrictives, coercitives et nocives du confinement des populations et de fermeture des transports aériens pour mieux contrôler les flux humains sur la planète et mieux asseoir leur domination politique, idéologique et militaire sur les pays les plus pauvres technologiquement. Cela montre aussi que ces grandes puissances virales sont conscientes des résistances et révoltes que suscitent leurs manœuvres d’intimidation des populations dans le monde. Pourquoi une telle préoccupation pour la sauvegarde de la santé des populations du monde alors que l’aggravation des politiques d’austérité néolibérale ne fait qu’encaisser le fossé entre les riches et les pauvres aussi bien en Occident que dans les pays de la périphérie du capitalisme mondialisé ? D’où surgit brusquement cette fougue philanthropique de la part des puissances génocidaires des XXème et XXIème siècles ? S’agit-il de la philanthropie ou d’une volonté malthusienne d’extermination des populations jugées superflues par les ‘’maîtres’’ du capitalisme meurtrier et sauvage.
Mgr Mathieu Rougé a dénoncé le tropisme anticlérical de l’État laïc français et Mgr Lacroix a demandé aux autorités politiques du Québec de ne pas abuser de leur patience et d’arrêter d’ignorer la contribution majeure de l’Église catholique dans la construction identitaire et culturelle de la nation québécoise depuis 4 siècles. En tant que théologien prophétique congolais ayant vécu en France (Région parisienne 12 ans) et au Canada (Région de la Capitale nationale d’Ottawa 16 ans), je puis affirmer que les questions de laïcité ne se posent pas de la même façon en Afrique, où stricto sensu, elles n’existent pas si on prend au sérieux les cosmogonies africaines, où le religieux (Dieu et les ancêtres éponymes) et le politique (le monde des humains) sont métaphysiquement arrimés en interagissant constamment l’un sur l’autre. Au-delà de la gestion purement institutionnelle des Églises africaines – toutes confessions confondues – le travail théologique doit se faire avec une ambition gnoséologique et thérapeutique ouvertement affichée en regardant en face l’imbrication dynamique et énergétique entre l’Invisible (Dieu et les ancêtres) et le Visible (le monde politique et matériel des animaux humains).
À cause de cette imbrication dialectique entre la phénoménalité inekstatique de l’Affectivité transcendantale de l’invisible  et la phénoménalité ekstatique du visible, les pratiques thérapeutiques africaines se situent en contraposition frontale avec les Biomédecines occidentales et se rapprochent génétiquement des médecines chamaniques, divinatoires et prophétiques des peuples autochtones des Amériques proches de la nature et conscients de leur inscription dynamique dans les écosystèmes vitaux. La lutte contre l’invasion indue et hégémonique des Biomathématiques cartésiennes et occidentales dans les quatre coins du monde, se fait au nom du mode d’auto-phénoménalisation endogène des sociétés et cultures africaines, happées par les pratiques thérapeutiques des prophètes de la Bible, dans le sillage desquels Jésus de Nazareth vient annoncer l’Évangile du Royaume de Dieu qui se manifeste à travers sa vie, sa mort et sa résurrection. L’Afrique doit lire toute la Bible en toute liberté herméneutique et en faisant apparaître publiquement les actes de thaumaturgie, d’exorcismes et de guérisons divines opérées d’un bout à l’autre de la Bible par les prophètes de Yahvé que Jésus vient récapituler et accomplir dans l’engagement historique et politique du Dieu Trinité dans l’histoire .

(3) La nécessité théologique d’une résistance prophétique et intransigeante en Afrique contemporaine

Ayant déjà publié sept articles sur le Coronavirus et qui seront repris dans notre revue Afroscopie XI/2021 , je me limite ici à contester frontalement l’auto-promotion de la supercherie des Biomédecines occidentales comme « l’unique norme médicale mondiale pour toute l’humanité. » Cette dictature hégémonique des Biomédecines occidentales  qui s’exportent et s’imposent dans le monde entier par l’OMS et d’autres ONG humanitaires et développementalistes, est une imposture dans la droite ligne de l’idéologie de domination esclavagiste, coloniale et néocoloniale. Il est stupéfiant de voir en direct les aveux du directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, en train d’avouer sur les ondes et dans les écrans des télévisions du monde que nous devrions apprendre à vivre le Coronavirus car il n’est pas sûr que nous trouvions un vaccin dans un proche avenir. Quelle ineptie ? Quelle imposture ? Quelle supercherie ? Et quelle ânerie ? Pourquoi un tel déferlement d’agitations idéologiques autour du Covid-19 alors qu’il existe d’autres pandémies et maladies (Cancer, Diabète, Hypertension, Malaria, Sida…) qui tuent chaque année des millions de personnes dans le monde ? Pourquoi une telle ignorance philosophique devant la condition mortelle de l’homme ? Pourquoi cet engouement philanthropique des gouvernements franc-maçons du monde occidental et de l’OMS comme si ils étaient capables de juguler la mort de la « Condition mortelle de l’animal humain » ???
Il faut bien déconstruire cette mondialisation des peurs et phobies face aux virus comme si les autorités maçonniques qui colonisent le monde entier avaient le pouvoir de solder la question irréfragable de notre condition mortelle devant la Toute-Puissance divine ? Il est déplorable que les théologiens du monde entier dans leur grande majorité aient totalement et paresseusement déserté le champ de bataille idéologique et discursif au sujet des pandémies virales, alors qu’il y a largement de la place pour un discours théologique perspicace et fondamental sur la « condition mortelle » des animaux humains devant Dieu ?
Pour beaucoup des peuples d’Afrique et les autochtones des Amériques, d’Océanie et d’Asie, le Covid-19, et les autres pandémies virales, ne sont que des attaques maléfiques des mauvais esprits qui doivent être expulsés par l’Esprit du Dieu Vivant et Vrai. Dans ces médecines chamaniques, divinatoires et prophétiques pratiquées depuis l’aube de l’Humanité, chez les prophètes de la Bible (Élie, Élisée, Moïse, Ésaïe…) et chez Jésus-Christ lui-même, les mesures du confinement et autres produits pharmaceutiques nocifs sont sans aucun effet, et donc, totalement inopérantes et nulles. L’OMS continue de diffuser des statistiques alléguant la propagation du Covid-19 partout en Afrique, alors que les faits sur le terrain quotidien corroborent les mensonges des autorités médicales et politiques de l’OMS par rapport aux ‘’prétendus’’ ravages du Covid-19 en Afrique. L’Afrique s’en sort aujourd’hui plus que tous les autres continents mis sur la balance, mais les médias dominants (TV 5 Monde, BBC, France 24, RFI) s’acharnent à diffuser chaque jour des statistiques alarmantes et fallacieuses sur l’Afrique et qui sont servilement validées par les autorités politiques, académiques et religieuses des pseudo-États  africains.
L’OMS n’a aucune légitimité philosophique et scientifique d’imposer sa seule vision des médecines occidentales au reste des peuples et sociétés du monde entier, comme elle l’a toujours fait depuis 4 siècles. Avant les Biomédecines occidentales, prétendument modernes, l’humanité s’est toujours soignée par des plantes, des pratiques divinatoires, prophétiques et théologiques en phase avec les cosmogonies et religions des peuples qui les pratiquaient. L’arrogance des puissances hégémoniques du monde Occidental et de la Chine  consiste dans cette volonté de puissance voulant à tout prix imposer  leurs religions, médecines, technologies, philosophies et sciences aux autres peuples en recourant aux coercitions militaires et idéologiques à travers les universités, les ouvrages les revues et les propagandes abrutissantes des médias dominants de la massification sociale et de la mondialisation de l’ignorance dangereuse.

Conclusion : L’urgence d’une Résistance philosophique, prophétique et métaphysique aux violences matérielles, idéologiques et virales des Biomédecines occidentales en Afrique et ses diasporas.

Cette méditation s’est imposée d’elle-même dans mon esprit en visionnant les interventions médiatiques de Mgr Mathieu Rougé (Évêque de Nanterre/France) et du Cardinal Gérald Cyprien Lacroix (Archevêque de Québec et Primat du Canada) qui dénonçaient le manque de respect notoire affiché envers les autorités épiscopales de l’Église catholique par leurs Gouvernements respectifs prétendument laïcs et franc-maçonniques. Alors qu’aujourd’hui au Canada, les bars, les stades et autres salles de spectacle sont déjà autorisés à reprendre leurs activités jusqu’à 250 personnes par salle, les Églises catholiques ne sont autorisées qu’à accueillir 50 personnes, avec des mesures ridicules de distanciation socio-géographique, comme si ces autorités politiques savaient mathématiquement le lieu ainsi que les trajectoires aériennes du Coronavirus dans les églises et autres lieux de culte. On pouvait lire entre les lignes des propos du Cardinal Lacroix un certain agacement face aux mesures de distanciation sociale et de lavage compulsif des mains imposées aux Églises par les autorités politiques arrogantes et ignorantes comme si elles savaient de façon mathématique les trajectoires aériennes et géographiques du Coronavirus dans les airs, et comme si les virus étaient plus nombreux dans les Églises que dans des stades, bars et salles du théâtre et du cinéma. Même Dieu dont dépend notre « Souffle de vie » ne terrorise pas au niveau où se permettent les ‘’autorités athées’’ qui chevauchent leurs esclaves résignés partout dans les quatre coins du monde et de façon plus stupéfiante dans les sociétés totalitaires du monde occidental.
C’est ici que les Biomédecines occidentales poussent jusqu’à l’ineptie leur positivisme médical et idéologique. Ce qui est navrant est que peu de philosophes proposent des critiques proprement philosophiques – à la fois épistémologiques et phénoménologiques – au discours médical des Biomathématiques qui prétendent combattre un virus par principe invisible avec des masques visibles qui étouffent les individus et constituent potentiellement des facteurs de propagation des virus justement par les manipulations inévitables tout au long de la journée. Oui le ridicule ne tue pas, mais les Africains – notamment les élites intellectuelles, politiques et religieuses compétentes – doivent profiter de l’épreuve du Coronavirus pour repenser de fond en comble leurs pratiques médicales en réactivant les savoirs thérapeutiques ancestraux injustement ostracisés, disqualifiés et combattus par les Biomédecines positivistes et hégémoniques de la mondialisation néo-libérale de l’OMS.
Je dois clore cette méditation qui constitue un stimulus pour intensifier la pensée savante et émancipatrice au sein de notre Centre des Recherches Pluridisciplinaires sur les Communautés d’Afrique noire et des diasporas (CERCLECAD). Je félicite le président John Magufuli de la Tanzanie et le président Patrice Talon du Bénin qui n’ont pas confiné leurs populations ni imposé bêtement le port des masques à leurs populations et s’en sortent brillamment par rapport à d’autres pays asservis à vie. Le Confinement des populations en Occident ne fait que dévoiler aux yeux du monde entier les situations de précarité, de pauvreté et de misère systémiques dans lesquelles évoluent les minorités africaines et afro-descendantes en Europe et en Amérique du Nord.
Avec l’institutionnalisation progressive du télétravail et télé-enseignement partout en Occident, les lobbies qui monopolisent les savoirs et les pouvoirs dans ces sociétés ont une occasion en or pour aggraver les écarts systémiques des savoirs et des pouvoirs entre les strates sociales et l’accélération de l’enlisement des minorités noires dans l’ignorance, la servilité  à vie et les activités à faible exigence intellectuelle. Ce qui permet de les reléguer dans des ghettos où se pratiquent ostensiblement « l’élevage humain » et où ils vivent, mangent et se reproduisent comme en Afrique, à une distance raisonnable des classes sociales dominantes et dirigeantes qui créent et imposent les normes légitimes de la vie publique (sociodicée) en sauvegardant, voire en aggravant les écarts de capitaux intellectuel, social, sanitaire, culturel, symbolique et patrimonial entre les races dominantes et les races ostracisées systémiquement.
Les compensations sexuelles et alimentaires aidant, les mesures de précarisation socioprofessionnelle des ‘’minorités noires’’ sur fond des discriminations raciales systémiques ne feront que s’exacerber devant l’absence obvie des contre-savoirs et des contre-pouvoirs au sein des espaces politiques, académiques, scientifiques, médiatiques et bibliographiques qui président à la gouvernance néolibérale  des sociétés multiculturelles, multiraciales, post-modernes et vieillissantes du monde occidental et de la Chine devenue, aujourd’hui, la nouvelle destination des esclaves africains modernes et volontaires.

Professeur Benoît AWAZI MBAMBI KUNGUA
Philosophe, Sociologue et Théologien
Président du CERCLECAD (Ottawa, Canada)
Philosophe, Sociologue et Théologien
Prophète-Président du CERCLECAD.
Courriels : benkung01@yahoo.fr & nabiawazi@gmail.com