Ottawa le 14 juillet 2020 !!!!!

Note de Travail et de Mise au Travail.

Titre : « KalÉidoscope sur « Dieu, les Africains et l’esclavage des Noirs au Canada et aux États-Unis dits ‘’Amérique du Nord. » La réactualisation de mon article sur le durcissement de l’Immigration par François Legault, le Premier Ministre du Québec. »

Par Benoît AWAZI MBAMBI KUNGUA[1].

 Note de Travail et de Mise au Travail :

« La hausse inquiétante des crimes racistes au Canada » : Un Reportage de la Chaîne de Télévision ‘’France 24’’ : https://www.youtube.com/watch?v=FBYpMbOfVpc

Je diffuse cette Vidéo qui vient de m’être suggéré par un de nos membres qui vit à Montréal. Elle ne dure que 5 minutes, et c’est vraiment très étonnant qu’une télévision française aborde la question de la « hausse inquiétante du racisme au Canada ». Du coup, ma ‘’curiosité exégétique et biblique’’ s’est mise en branle et la notion qui m’est montée à la mémoire est celle de la ‘’Lectio Difficilior’’ qui veut montrer que certains passages difficilement acceptables de la Bible ont été conservés dans le texte final en dépit du choc émotionnel et idéologique pour certains auditeurs. Je donne trois exemples : (1) Le grand prophète Élisée fils de Shafath est encerclé par les troupes du roi de Syrie (II Rois 6, 8-23) ; (2) Le grand prophète Élie Le Tishbite de Tishbé doit ‘’littéralement’’  prendre la poudre d’escampette (l’anglais dit ‘’to skedaddle’’) pour fuir devant Jézabel, une reine étrangère et idolâtre de l’idole de l’orage et de la végétation, Baal (I Rois 19, 1-21), & (3) Les disciples de Jésus dans les Évangiles synoptiques ont laissé des textes, où leur Maître Jésus-Christ est baptisé par le prophète Jean le Baptiste (Marc 1, 9-11 et les parallèles). Le principe exégétique de la ‘’lectio difficilior’’ s’applique magistralement dans ces trois situations et doit être appliqué, hic et nunc, dans ce ‘’reportage’ sur la montée du racisme au Canada. Selon ce principe exégétique, les faits susmentionnées sont advenus dans l’histoire, disons qu’ils sont ‘’apodictiques’’.

Dans cette vidéo, un Sénégalais, Amadou GAYE, venu au Canada pour vivre dans l’eldorado du ‘’plein emploi’’ et de la ‘’qualité de vie meilleure qu’au Sénégal’’, se fait harceler chaque jour dans son travail par un Canadien blanc qui lui dit : « Toi le Nègre tu es venu ici dans mon pays, maintenant tu dois travailler, sinon je sors le fouet pour te traiter comme tes ancêtres ‘’esclaves’’, il y a trois siècles ici au Canada. Voilà le masque du singe sur le mur, c’est ton frère le ‘’singe’’ qui est là accroché sur le mur. Amadou est allé se plaindre au tribunal administratif…» Signalons que des Canadiens de toutes les strates ethno-raciales et sociales se battent contre cette montée ahurissante du racisme, comme le ‘’Collectif contre le Racisme, pour une lutte systématique’’, à Montréal, au Québec.

Deux raisons me poussent à diffuser avec enthousiasme prophétique ce reportage : (1) Premièrement, Je suis présentement en train de lire un ouvrage d’un de nos jeunes brillants chercheurs  de Goma, le Professeur Phidias Ahadi Senge Milemba[2] et je vais le préfacer. Justement, il aborde avec talent les questions systémiques de la ‘’faillite de l’État[3] en Afrique et de son corollaire immédiat : l’évasion illusoire et catastrophique des Africains vers l’eldorado européen et nord-américain qui tourne pour beaucoup à une vie ‘’d’esclaves à vie’’, des parents aux enfants ; et (2) deuxièmement, ma responsabilité passionnante et exigeante de coordination mondiale des recherches savantes et émancipatrices des élites africaines agissant dans le CERCLECAD. Par exemple aujourd’hui, l’ouvrage de Phidias Ahadi Milemba que je suis en train de lire est vraiment en phase avec les questions médiatiques et politiques de la présence des peuples africains en Occident. En prenant la question de théologien bibliste, je me demande : « Est-ce que Dieu avait fait une erreur en créant des ‘’humains à la peau sombre’’ ? Est-ce une imprudence de la part de Dieu, effectivement j’emprunte cette question à mon Maître Hans Urs von Balthasar qui utilise l’expression stupéfiante de ‘’l’imprudence trinitaire’’ pour parler de la création du monde par la Trinité divine. Évidemment, seul un théologien de la carrure de Balthasar peut afficher une telle ‘’audace prophétique sidérante’’. »

Je rediffuse mon article écrit lors de l’élection de François Légault comme ‘’Premier Ministre du Québec le 4 octobre 2018, tout en mettant en ‘’Fichier joint’’ ma Bibliographie générale (2002-2019) pour approfondir mon œuvre pluridisciplinaire en cours d’élaboration et de dissémination mondiale.

Professeur Benoît AWAZI MBAMBI KUNGUA,

Philosophe, Sociologue et Théologien

Président du CERCLECAD (Ottawa, Canada).

Courriels : benkung01@yahoo.fr & nabiawazi@gmail.com

Note de Travail et de Mise au Travail.

Titre : « KalÉidoscope sur « Dieu, les Africains et l’esclavage des Noirs au Canada et aux États-Unis dits ‘’Amérique du Nord. » La réactualisation de mon article sur le durcissement de l’Immigration par François Légault, le Premier Ministre du Québec. » Par Benoît AWAZI MBAMBI KUNGUA[4].

Lien théologique : Conférence du Professeur Benoît Awazi Mbambi Kungua : « Mgr Milingo, Dieu, L’Afrique et le monde des esprits : Une Déconstruction théologico-politique de l’Exorcisme en Afrique postcoloniale et dans les diasporas subalternes en Occident. », donnée au Cerclecad », :

https://youtube.com/watch?v=AIyYZxlA5ts%3Fstart%3D324%26feature%3Doembed

Depuis hier, les médias canadiens parlent fréquemment et à longueur de journée, de l’offensive musclée de François Légault, le Premier Ministre du Québec, qui a déposé hier le projet d’une loi pour durcir les conditions d’accueil des Immigrants au Québec, comme il l’avait promis lors de sa campagne électorale en automne 2018. Étant donné que nous sommes ici au Canada, au mois de février qui est aussi le « Mois de l’histoire des Noirs au Canada (sic !) », je dois rediffuser le texte que j’ai écrit lors de l’élection de François Légaut comme Premier Ministre au Québec le 4 octobre 2018 (Date de la première diffusion dans notre puissant « réseau » scientifique et médiatique mondial du CERCLECAD). Étant moi-même un philosophe, sociologue et théologien canadien, auteur d’une œuvre pluridisciplinaire savante, je m’exprime très librement dans mon pays.

Quelques points de balisage avant de diffuser mon article :

10/ La Loi de François Légault décrète en gros ceci : « Tous les candidats à l’Immigration au Québec doivent impérativement se conformer au marché du travail au Québec et il faut qu’ils soient prêts à aller dans les régions et les villages, où il y a manque d’ouvriers et d’employés manuels. Au terme de trois ans de leur séjour au Québec, les immigrants passeront un test de ‘’francité’’ au Québec (valeurs québécoises et maîtrise de la langue française) et ceux et celles qui vont échouer au test seront déportés manu militari chez « eux ». Par le fait même, le Ministre de l’Immigration du Québec a envoyé au pilon 18 000 dossiers de demande d’immigration qui traînaient dans ses archives. Les candidats dont les dossiers ainsi détruits devront recommencer à zéro le processus de demande de sélection au Québec selon les nouvelles lois plus draconiennes du séjour des immigrants du Parti CAQ au pouvoir au Québec. Dans toute situation d’esclavage, l’esclave a toujours une grande part de responsabilité individuelle parce que dans le cas du Québec, il faudra bien qu’un candidat à l’esclavage refasse « librement » une nouvelle demande d’immigration au Québec en suivant bien les injonctions du Chef du Québec, François Legault !

20/ Les mêmes médias annoncent un autre incident qui s’est produit le lundi 4 février 2019, à la colline parlementaire d’Ottawa – donc au cœur même du pouvoir politique canadien – qu’un groupe de Noirs ont été chassés d’une cafeteria de la colline parlementaire, le lundi 4 février 2019,  par des agents de sécurité sous le motif qu’ ‘’un groupe des Noirs avaient envahi les édifices parlementaires’’. Certains de ses jeunes venaient des milieux sensibles ou zones d’élevage humain où des Noirs sont ‘’entassés’’ comme de « chevaux de race » pour mettre au monde de nouveaux esclaves à vie dont le Canada a et aura amplement besoinL’ironie de l’affaire est que ces jeunes étaient invités à ce « haut lieu » de pouvoir politique canadien dans le cadre du Mois de l’histoire des Noirs, sur invitation de la « Fédération des Canadiens noirs ». L’un des encadreurs fait partie de la ‘’Fondation Michaëlle Jean[5]’, du nom de l’ancienne Gouverneure Générale du Canada (2005-2010) qui vient juste d’achever son unique mandat comme ‘’Secrétaire Générale de la Francophonie (OIF)’’ (1er janvier 2015-1er Janvier 2019) et qui se trouve aussi impliquée dans les activités du mois de l’Histoire des Noirs orchestrées par la « Fédération des Canadiens noirs », en février 2019, à Ottawa, au Canada. Je dois ici saluer la réaction du Député de Hull-Aylmerun Canadien de race noire, Monsieur Greg Fergus[6], qui a demandé hier au président de la Chambre des Communes d’Ottawa, de bien vouloir diligenter une enquête pour faire la clarté et la vérité sur ces cas graves de profilage racial envers des jeunes afro-canadiens dans une cafétéria de la Colline parlementaire en pleines célébrations folkloriques et amnésiques du Mois de l’Histoire des Noirs. Tous ces cas du racisme négrophobe[7] rendent nécessaires la tenue des ‘’activités proprement intellectuelles’’ pour conscientiser, informer et responsabiliser les Noirs du Canada sur leur passé, leur présent et leur avenir qui risquent malheureusement de se décliner en termes de servitude et d’esclavage, si rien de majeur n’est fait au niveau de la réflexion et de la pensée émancipatrices et savantes.

C’est la même pratique qui persiste dans les États esclavagistes[8] des États-Unis (Breeding States*** ou États reproducteurs*** que sont : Le MarylandLa VirginieLa Caroline du Nord, Le Kentucky, Le Tennessee et le Missouri) hier et aujourd’hui. En effet, les ‘’maisons dites sociales’’ aujourd’hui au Canada, sont occupées en grande partie par les populations noires qui reproduisent pour le pire l’Afrique (pathologies ethno-tribales et ethno-politiciennes, magouilles alimentaires, mangeocratiques et sexuelles), Les Antilles, Les Caraïbes et Haïti d’où elles proviennent. Les insultes du Président Trump*** selon lequel les États-Unis*** ne peuvent plus accueillir des gens de pays de merde[9]*** sont à mettre dans une longue perspective séculaire de la domestication des Africains dans les plantations et les zones d’élevage humain pour produire d’autres esclaves au Canada et aux États-Unis.

30/L’actualité récente dans l’État esclavagiste de la Virginie – qui figure parmi les États qui pratiquaient officiellement « l’élevage humain des Africains traités comme des « chevaux de race » vient me donner raison et montre qu’un prophète de Yahvé ne se trompe jamais aussi longtemps qu’il obéit à la Ruah de Yahvé (L’Esprit de Yahvé) qui le propulse à chaque instant dans la posture prophétique. Et la preuve théologique inflexible et non négociable est que ses prophéties se réalisent nécessairement dans la stricte tradition de la théologie prophétique[10] et deutéronomiste. J’ai diffusé un article intitulé : « Les Métamorphoses de la question noire au Canada » le 22 janvier 2019, et 17 jours après (soit aujourd’hui le 8 février 2019), je diffuse cette note qui montre clairement le ‘’racisme officiel, politique, institutionnel et médiatique’’ que subissent les Noirs à travers les harcèlements policiers du ‘’profilage racial’’ au Canada. Alors qui conteste encore la ‘’véracité théologique’’ de ma posture ouvertement ‘’prophétique’’ et ‘’iconoclaste’’ ? Qu’il le fasse par écrit pour un débat écrit et public avec moi dans la ‘’longue durée’’.

Que se passe t-il donc en Virginie. De fait, le Gouverneur démocrate de la Virginie est poussé à la démission parce qu’on a trouvé dans ses albums d’étudiants ses photos où, il s’est maquillé avec du cirage noir (Black Face) lorsqu’il était à l’Université dans les années 80 (donc cela n’est pas très vieux). Il s’agissait d’une attitude raciste courante et donc, banalisé aux États-Unis esclavagistes et racistes pour ridiculiser les Noirs après les avoir réduits en esclavage durant 500 ans, qui s’est poursuivi par-delà la Guerre de Sécession et se poursuit encore aujourd’hui en dépit de l’obtention fictive des « Droits civiques ». Les deux adjoints démocrates du Gouverneur de la Virginie sont aussi poursuivis pour différents motifs qui les disqualifient  à la succession du Gouverneur. Donc le premier candidat qui vient après les trois « disqualifiés » est un Républicain. Ce qui met du feu aux poudres des médias dominants de l’hégémonie blanche.

40/J’ai déjà diffusé mon article : « Les Métamorphoses de la question noire au Canada » en la date du 22 janvier 2019 dans lequel je prenais publiquement position pour l’arrêt immédiat des distractions folkloriques, amnésiques, dansantes, alimentaires et sexuelles du « Mois de l’Histoire des Noirs ». Oui ces manifestations exubérantes noient le poisson dans l’eau et donne du répit aux « esclaves noirs modernes qui se consolent et inhibent leur servitude par des gratifications folkloriques, alimentaires et sexuelles. ». Mais tôt ou tard, l’esclave qui se complaît dans la « politique de l’Autruche » aura sa tête et son cou tranchés impitoyablement par la guillotine néolibérale du système esclavagiste mondial. Et ce qui est bouleversant est de voir que ce sont les esclaves modernes eux-mêmes qui ne veulent pas entendre les récits qui narrent la persistance et la recrudescence de leurs servitudes multiples et déshumanisantes. Celui qui ose leur en parler est traité par ces derniers d’aigri, de frustré et d’agressif parce que la servitude a toujours une dimension animale*** et merdique***.

5/ Et pourtant les Africains sur le continent sont un peuple qui prie 24h/24H. La question inévitable et cruciale devient : « Qui est le Dieu que les Africains prient chaque jour et chaque nuit partout et leur esclavage ne fait que s’empirer et se mondialiser depuis 5siècles ? » En tout cas, Yahvé qui se définit lui-même comme l’Unique Dieu créateur du Ciel et de la terre et dont la souveraineté est universelle et immédiate commence par choisir le peuple hébreu sous le joug de l’esclavage par le dieu solaire Pharaon, roi-dieu d’Égypte (cette fournaise à fondre le fer durant toute l’Antiquité), le libère par la puissance de sa main invincible et l’éduque dans le désert durant 40 ans sous la conduite de Moïse en insistant sur l’Unité et l’Unicité du Dieu Yahvé : « Écoute, Israël ! Le Seigneur notre Dieu est le Seigneur UN. Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, tout ton être, de toute ta force. Les paroles des commandements que je te donne aujourd’hui seront présentes à ton cœur ; tu les répéteras à tes fils ; tu les leur diras quand tu resteras chez toi et quand tu marcheras sur la route, quand tu seras couché et quand tu seras debout ; tu en feras un signe attaché à ta main, une marque placée entre tes yeux, tu les inscriras sur les montants de porte de ta maison et à l’entrée de ta ville. » (Deutéronome 6, 4-9.)

J’ai déjà dit à temps et à contretemps que le deutéronome est le « logiciel théologique et mystico-prophétique » qui fait la jonction entre le Pentateuque et les livres prophétiques, justement parce qu’il contient la Révélation de l’unité et de l’unicité du Dieu Yahvé qui disqualifie les fausses idoles des nations, les Baals*** qui sont nombreux et toujours liés à un site géographique local, alors que la souveraineté de Yahvé est universelle. Les punitions d’Israël au désert jusqu’à la catastrophe de l’Exil à Babylone (août 587 av. J.C) se justifient théologiquement par l’infidélité et la prostitution du peuple d’Israël aux divinités naturistes et astrales des nations environnantes. Mais ce qui me touche dans mon travail durant des années sur Pentateuque (Torah) et des Prophètes (Nevîiîms) est le procédé de la deutérose (anamnèse de la Torah de Yahvé, l’Unique Dieu pour que le peuple n’oublie pas son sauveur, créateur et libérateur de l’esclavage de l’Égypte et de l’exil en Babylone) qui unit toutes les grandes parties de la Bible. Souvent ce sont des prophètes (Moïse, Josué, Élie, Malachie) et les rois (David, Salomon) et Dieu lui-même, qui réactualisent des deutéroses au peuple dans des ‘’moments critiques et dramatiques’’ pour que le peuple fasse le choix entre la vie (Yahvé) et la mort (les Baals***) qui réclament des sacrifices humains des enfants et des parents pour se nourrir goulûment et chaque jour de leur sang.

Je dois ici citer les propos très justes du grand théologien prophétique allemand sur la révélation traumatique de Yahvé lorsqu’il a chassé son peuple d’Israël sur les routes poussiéreuses[11] et serviles de l’Exil à Bablyone tout en étant paradoxalement au milieu d’eux à travers sa ‘’Shekinah’’, cette présence maternelle, matricielle et affective de Dieu qui chemine avec son peuple. Voici les propos vifs et vigoureux de Eugen Drewermann , dans son livre ‘’Fonctionnaires de Dieu’’ : « Tous les essais de la théologie féministe pour retrouver les traits féminins ou maternels de l’image de Dieu dans l’Ancien Testament ne peuvent atténuer ce contraste : le Yahvé d’Israël est la vivante contradiction de toute déification de la nature ; il est en lui-même la radicale négation monothéiste de la polarité des sexes divinisée dans les mythes. Par sa colèresa volonté de s’imposersa jalousie aussi bien que par son armée d’anges, il accuse des traits parfaitement masculins, d’une extrême virilité, et même, dans certains cas, brutaux et fanatiques. Tel était apparemment l’inévitable prix à payer pour faire découvrir pour la première fois dans l’histoire humaine la présence d’une personnalité et d’une liberté absolues au cœur de l’existence des hommes.»

Deux textes du Prophète Ésaïe (Le Deutéro-Ésaïe) viennent corroborer ce jugement astucieux de Drewermann : « Au sujet de l’œuvre réalisée par mes mains, vous me donneriez des
ordres ? C’est Moi qui ai fait la terre et qui ai, sur elle créé
l’humanité ; c’est Moi, ce sont mes mains qui ont tendu les cieux et à
toute leur armée je donne des ordres
» (Ésaïe 45, 11-12) et aussi : « Rappelez-vous les premiers événements, ceux d’autrefois : Oui, c’est Moi qui suis Dieu, il n’y en a pas d’autre, Dieu, et il n’y a que du néant en comparaison de moiDès le début j’annonce la suite, dès le passé, ce qui n’est pas encore exécuté. Je dis : « Mon dessein subsistera, et tout ce qui me plaît, je l’exécuterai. » (Ésaïe 46, 9-10)

CONCLUSION.

En guise de récapitulation, je dois revenir sur la deutérose, donc sur l’impératif catégorique de l’anamnèse des « hauts faits de Yahvé » qui libère son peuple des esclavages de Pharaon, de Nabuchodonosor et des Baals*** multiples et locaux, c’est dire aux Africains de bien regarder en face la recrudescence de leurs esclavages protéiformes aussi bien sur le continent que dans les diasporas serviles en Occident et de ne pas se refugier dans les folklores du mois de l’histoire des Noirs au Canada, l’amnésie inhibitrice et les gratifications alimentaires et sexuelles du mois de l’Histoire des Noirs fêté au Canada chaque mois de février.

Mais au moins reconnaissons à François Légaut le mérite d’être honnête en montrant publiquement sa position méprisante envers les émigrés. Mais ce qui est plus navrant est de voir que les Africains du continent ne rêvent que de venir en Occident – quelles que soient les conditions humiliantes et serviles qui commencent déjà avec les Ambassades dans leurs pays respectifs et les lois draconiennes décrétées politiquement.  

J’ai prophétisé, Je l’ai dit, Je l’ai écrit et Je l’ai abondamment diffusé dans les quatre coins du monde.

Salutations présidentielles et prophétiques

Professeur Benoît AWAZI MBAMBI KUNGUA,

Prophète-Président du CERCLECAD (Ottawa, Canada)

Courriels : benkung01@yahoo.fr & nabiawazi@gmail.com

Ottawa le 16 janvier 2019.                               

Rediffusion de la Note de Travail et de Mise au Travail autour de l’élection de François LegaultPremier Ministre du Québec.

Par Benoît AWAZI MBAMBI KUNGUA

Philosophe, Sociologue et Théologien

Prophète-Président du CERCLECAD.

Courriel : benkung01@yahoo.fr & nabiawazi@gmail.com

Ottawa le 6 novembre 2018.

Note de Travail et de Mise au Travail autour de l’élection de François Légault comme Premier Ministre du Québec.

L’actualité nationale et internationale autour de l’immigration : l’élection récente du militaire raciste et violent Jair Bolsonaro*** au Brésil, le président Trump*** qui prépare ses élections de la mi-mandat qui ont lieu aujourd’hui aux États-Unis et qui ordonne aux militaires qui gardent les frontières de tirer à bout portant sur les immigrants qui s’en approchent et le tabassage des milliers des Congolais et leur expulsion violente en Angola m’obligent de rediffuser cette note de travail et de mise au travail.

Loin de moi la tentation idiote de considérer les immigrants africains au Canada comme un groupe compact, homogène et unidimensionnel. Qu’il y ait des success stories des individus qui se positionnent par les positions élitistes (le haut) dans la ‘’mobilité sociale’’ n’est pas contestable. Mais que la grande majorité (90 %) soit systématiquement assignée dans des tâches serviles et subalternes est tout aussi non contestable. Et qu’au terme de 5 siècles de servitude des Africains ailleurs dans le monde et face au désastre postcolonial en Afrique même, où des tyrannies esclavagistes, dynastiques, obscurantistes, anti-intellectualistes et ethno-tribalisées réduisent toute la vie politique au débat procédural sur les élections sans penser et promouvoir des stratégies gagnantes pour que les Africains construisent leurs propres pays en y vivant dans la dignitéle travail très bien fait, la responsabilité et la fierté, il est temps de mettre clairement en évidence la grande part de responsabilité des Africains eux-mêmes dans leur situation d’esclavage structurel chez eux et ailleurs où ils le sont de facto et de jure depuis 5 siècles.

Loin de moi la tentation idiote de ‘’disculper’’ et de ‘’victimiser’’ les Africains, bien au contraire ma plume est là pour les atteindre en plein cœur et de poursuivre un à un jusque dans son dernier retranchement dans sa ‘’caverne’’ de l’ignorance qui est nécessairement liée à l’esclavage qui finira toujours par le rattraper et chez lui en Afrique, et ailleurs dans l’eldorado occidental, qui tourne très vite à la catastrophe, à la servilité avant que mort s’en suive.

Professeur Benoît AWAZI MBAMBI KUNGUA.

Philosophe, Sociologue et Théologien,

Président du CERCLECAD.

« Alors que les tyrans sanguinaires nègres continuent de faire vivre à leurs propres parents, frères et sœurs une vie d’esclaves et d’animaux dans leurs propres pays, il serait illusoire de croire que l’immigration en Occident constitue le salut pour les Africains à cette orée du XXIème siècle. Les mythologies des Africains selon lesquelles ils échapperaient à la ‘’misère’’ chez eux en s’expatriant en Occident relève d’une obstination tragique qu’il faudrait déconstruire absolument ! »

(Benoît AWAZI MBAMBI KUNGUA).

François Légault[12] (Le Nouveau Premier Ministre Élu du Québec) et la politique de l’Immigration drastique au Québec. Par Le Professeur Benoît Awazi Mbambi Kungua[13].

« Avant de te façonner dans le sein de ta mère, avant que tu ne sortes de son ventre, je te connaissais ; je t’ai consacré ; je fais de toi un prophète pour les nations. » (…)

Sache que je te donne aujourd’hui autorité sur les nations et sur les royaumes, pour déraciner et renverser, pour ruiner et démolir, pour bâtir et planter (…) » (Jérémie, 1, 5 ; 10).

Le but de cette brève note de travail et de mise au travail, est de susciter un large et puissant débat écrit, libre, ouvert, iconoclaste et audacieux au sein de notre imposant réseau médiatique et scientifique mondial du Cerclecad. Le lundi 1er octobre 2018, les Québécois ont élu Monsieur François Légault comme leur Premier ministre. Durant la Campagne, il avait dit ceci : « Les nouveaux immigrants au Québec devraient passer, quelques années après leur arrivée chez nous, un test de valeurs. Et ceux qui vont échouer devront retourner chez eux manu militari. ». Le Premier Ministre sortant, monsieur Philippe Couillard, avait fustigé et dénoncé ce discours hostile à l’immigration ainsi que d’autres candidats. Lors des débats durant la campagne, François Légault était totalement incapable de décrire les modalités juridiques du passage du statut de ‘’résident permanent’’  au statut de ‘’citoyen canadien’’. Il avait aussi de la peine à répondre à d’autres questions de société. Ces faits ont été largement relevés et révélés par les médias québécois.

François Légault et les Québecois sont libres d’accueillir qui ils veulent dans le territoire du Québec. Mais les immigrants – quelles que soient leurs origines – doivent garder leur liberté de pensée, d’écriture, de parole et d’action dans leurs narrations des péripéties de l’Immigration. Nous avons déjà répété à plusieurs reprises que : « dans le Cerclecad – du moins tout au long de ma présidence prophétique – nous n’accepterons aucune censure ni intimidation de qui que ce soit et si cela devient nécessaire je suis prêt à payer de ma propre vie. » C’est Jésus qui dit ceci : « À ceux qui ont beaucoup reçu, on demandera beaucoup. » et aussi : « les talents donnés par Dieu doivent rapporter du fruit et les paresseux se feront arracher même l’unique talent qu’ils croyaient posséder pour toujours. » oui rira bien qui rira devant Jésus et Dieu son Père.

Si le Québec et bien d’autres pays occidentaux d’Europe, du Canada et des États-Unis dressent des conditions draconiennes pour l’entrée des immigrants – je parle ici du point de vue des immigrants en provenance de l’Afrique subsaharienne[14] – il convient aussi d’écouter les narrations autonomes des immigrants sur leurs expériences de vie au Québec. Le vieillissement exponentiel des sociétés occidentales entraîne une demande de la main d’œuvre servile dans les maisons de retraite, les maisons des handicapés physiques et mentaux et d’autres établissements hospitaliers. L’essentiel de la main d’œuvre des préposés aux bénéficiaires[15] et des infirmiers est constitué essentiellement par des femmes africaines et haïtiennes et les demandes ne cessent d’augmenter. À plusieurs reprises, les médias québécois et canadiens ont soulevé avec insistance la question du manque du personnel dans des hôpitaux et des maisons de retraite, et les rares employés qui y travaillent sont débordés par les tâches de soin des personnes malades ou âgées. Cela entraîne d’arrêts maladie fréquents et des postes vacants dans ces institutions de soin pour les malades et les personnes âgées. Les conditions de travail dans ces établissements sont de plus en plus éprouvantes. Plusieurs femmes congolaises et africaines travaillant dans des maisons de retraites au Québec m’ont confié comment est-ce que certains malades ou personnes âgées ne voulaient pas être soignés par des négresses et le disaient avec agressivité expressive. Une autre m’a confié que lorsqu’elle va nettoyer les fesses d’une personne âgée dans une maison de retraite, la personne lui dit : « laisse-moi finir de déféquer, car sans ma merde tu ne peux pas avoir du travail et de quoi vivre. » Je suis en train de vous partager des faits racontés et qui m’ont été confiés par des personnes concernées et elles m’ont expressément demandé de rédiger un article de prise de conscience et de sensibilisation des communautés noires au Canada et au Québec qui persistent dans la ‘’politique de l’autruche’’, c’est-à-dire le déni de la réalité des discriminations et esclavages systémiques dans laquelle ils sont sommés de vivre leurs vies d’esclaves au Québec et au Canada. Ma plume est un ‘’don de Dieu’’ que je mets avec fougue et persévérance au ‘’service’’ de son peuple mangé comme de la viande par les ‘’puissants et assassins de ce monde qui passe à vive allure’’.

François Légault a droit d’énoncer les conditions d’entrée et de séjour des immigrants au Québec, mais c’est aux intellectuels africains[16] – pour le cas de ma communauté – de jouer aussi leur rôle de critique écrite et subversive des conditions de vie serviles de leurs communautés. Le but de cette brève note de travail est de dire à François Légault que si les femmes africaines et haïtiennes font grève ne fût ce qu’un jour, les personnes âgées n’auront plus personne pour les nourrir, les laver et les nettoyer après qu’elles aient fait leurs besoins. Évidemment, ces immigrants qui font ce travail honnêtement pour nourrir leurs familles sont des personnes devant qui je m’incline avec respect. Mais mon intervention prophétique consiste à secouer les ‘’immigrants afro-canadiens’’ de se réveiller de leurs torpeurs, de leurs résignations, de leurs mutismes et de leurs peurs de prendre la parole pour dire le travail important qu’ils font dans des maisons de retraite pour personnes âgées et des établissements hospitaliers. Nous travaillons ici au Canada et nous payons des impôts comme les autres citoyens canadiens, alors pourquoi continuer de raser les murs jusqu’au retour du Christ ? Allons-nous parler, écrire et nous mettre débout une fois que nous serons enterrés dans nos tombes au Canada ou en Afrique ???

Je reçois chaque jour beaucoup de courriels et de coups de fil sans compter des personnes qui passent chaque jour ici à la ‘’Présidence prophétique mondiale du Cerclecad’’ à Ottawa et je ne pourrai pas rédiger chaque jour une Note de Travail et de Mise au travail, mais certaines situations graves m’obligent de réactiver ma ‘’mission prophétique’’ comme c’est le cas aujourd’hui avec l’élection de François Légault comme Premier Ministre du QuébecLes Québécois ont manifesté aux yeux du monde entier leur vision restrictive et draconienne de l’arrivée et du séjour des immigrants sur leur territoire. Mais c’est à nous les ‘’Afro-Canadiens’’ de prendre publiquement et vigoureusement la parole avec toute la liberté critique qui y sied pour rappeler aux ‘’autorités politiques’’ québécoises et canadiennes que nous travaillons dans ce pays, nous y avons des enfants qui sont des canadiens (du moins par leurs passeports) et nous payons des impôts. Nous faisons souvent le travail que les Québécois de ‘’souche’’ ne veulent pas faire et nous méritons un minimum de reconnaissance et de respect.

Les Occidentaux en général – et les Européens en particulier – se sont imposés chez les autres peuples, notamment en Afrique, par la violence militaire, religieuse et symbolique de la projection coloniale, néocoloniale et néolibérale. Mais étant donné leur force de frappe militaire, ils prétendent imposer à d’autres peuples leurs cultures, leurs religions et leurs civilisations en recourant ouvertement à la violence des armes. De plus, ils ne veulent pas que des Étrangers viennent les déranger dans leur ‘’eldorado’’ sauf comme laveurs des personnes âgées ou ramasseurs de leurs merdes et de leurs poubelles.

Quand Donald Trump[17]*** traite les Africains et les Haïtiens des ‘’gens des pays de merde***’’, il fait certainement allusion explicite à la transplantation des Africains dans les Amériques, les Antilles et les Caraïbes lors de la traite de 100 millions d’Africains du XVIème au XXème siècle, et nous connaissons tous les discriminations raciales et autres violences policières que les Noirs continuent de subir au quotidien aux États-Unis quand Trump*** qualifie quelques joueurs qui se révoltent contre les ‘’violences policières récurrentes’’ de ‘’fils de chiennes’’.

Alors que les tyrans sanguinaires nègres continuent de faire vivre à leurs propres parents, frères et sœurs une vie d’esclaves et d’animaux dans leurs propres pays, il serait illusoire de croire que l’immigration en Occident constitue le salut pour les Africains à cette orée du XXIème siècle. Les mythologies des Africains selon lesquelles ils échapperaient à la ‘’misère’’ chez eux en s’expatriant en Occident relève d’une obstination tragique qu’il faudrait déconstruire absolument !

Si hier, les Européens allaient acheter des ‘’esclaves en Afrique’’ pour les amener ‘’enchaînés aux pattes’’ dans les plantations de canne à sucre et du coton dans les Amériques, les Antilles et les Caraïbes, aujourd’hui, les Africains viennent d’eux-mêmes au Canada, aux États-Unis et en Europe avec cette fois-ci ‘’des chaînes dans la tête et l’esprit’’ pour poursuivre dans leur grande majorité une vie d’esclaves perpétuels dans des vieilles sociétés vieillissantes où l’homme noir a toujours été exclu de l’humanité par les philosophes[18] mâles et blancs qui s’arrogent la prérogative de décréter l’humanité pour les Européens et de ravaler les Africains dans la sphère de la ‘’pure animalité’’, donc de l’esclavage à vie.

C’est ici que j’aimerais lire et observer des actes audacieux de « révolution prophétique et cognitive » de la part des théologiens africains de la libération, pour la simple raison qu’un être humain n’a pas le pouvoir de créer un autre humain, cela relève uniquement de la ‘’démiurgie de Dieu, Yahvé[19]’’. L’imposture théologique de la colonisation militaire de l’Afrique par les Européens consiste dans cette « violence symbolique[20] » qui fait que les Africains acceptent comme un fait du Destin leur déshumanisation et décérébration coloniales, néocoloniales et néolibérales par la volonté de puissance de la Modernité capitaliste et donc esclavagiste des Occidentaux, et en Afrique, et dans les  sociétés occidentales d’Europe et d’Amérique du Nord, où ils sont toujours esclaves à vie, pour leur très grande majorité. Réalité massive difficilement contestable.

J’ai prophétisé, Je l’ai dit, Je l’ai écrit et Je l’ai largement disséminé et J’assume en toute lucidité toutes les conséquences possibles et imaginables.

« Oui Notre secours est dans le Nom de Seigneur qui a fait le Ciel et la Terre.»

« Avant de te façonner dans le sein de ta mère, avant que tu ne sortes de son ventre, je te connaissais ; je t’ai consacré ; je fais de toi un prophète pour les nations. » (…)

Sache que je te donne aujourd’hui autorité sur les nations et sur les royaumes, pour déraciner et renverser, pour ruiner et démolir, pour bâtir et planter (…) » (Jérémie, 1, 5 ; 10).

Nabî Benoît Awazi Mbambi Kungua.

Philosophe, Sociologue et Théologien

Prophète-Président du CERCLECAD

Courriels : benkung01@yahoo.fr & nabiawazi@gmail.com

————–

[1] Docteur en Philosophie de l’université Paris IV-Sorbonne (avec une thèse en phénoménologie : Donation, Saturation et Compréhension. Phénoménologie de la donation et phénoménologie herméneutique : Une alternative ?, L’Harmattan, Paris, 2005, dirigée par le professeur Jean Luc Marion de l’Académie française) et titulaire d’un DEA en Théologie de l’université de Strasbourg, Benoît Awazi Mbambi Kungua focalise ses recherches pluridisciplinaires sur la quête d’un leadership éthique, intellectuel, prophétique et réticulaire, pour l’éclosion effective d’une « Autre Afrique », celle qui marche, fière, digne et debout, vers l’édification d’un avenir prospère pour ses populations malmenées par la crise économique dite pompeusement « mondiale ». Il est l’actuel président du Centre de Recherches Pluridisciplinaires sur les Communautés d’Afrique noire et des diasporas (Cerclecad, www.cerclecad.org) basé à Ottawa, au Canada. Parmi ses ouvrages, signalons : Panorama de la Théologie négro-africaine contemporaine, L’Harmattan, Paris, 2002 ; Donation, Saturation et Compréhension. Phénoménologie de la donation et phénoménologie herméneutique : Une alternative ?, L’Harmattan, Paris, 2005 ; Panorama des Théologies négro-africaines anglophones, L’Harmattan, Paris, 2008 ; Le Dieu crucifié en Afrique. Esquisse d’une Christologie négro-africaine de la libération holistique, L’Harmattan, Paris, 2008 ; De la Postcolonie à la Mondialisation néolibérale. Radioscopie éthique de la crise négro-africaine contemporaine, L’Harmattan, Paris, 2011 ; Déconstruction phénoménologique et théologique de la modernité occidentale : Michel Henry, Hans Urs von Balthasar et Jean-Luc Marion, L’Harmattan, Paris, 2015. Son prochain ouvrage a pour titre Le Tournant prophétique des théologies négro-africaines contemporaines. De l’Auto- Performativité de la Deutérose, L’Harmattan, Paris, 2019. (À Paraître).

[2]Titulaire d’un doctorat en sciences politiques et administratives, Phidias Ahadi Senge Milemba est professeur associé à l’Université de Goma et chercheur associé au Centre de recherches pluridisciplinaires sur les communautés d’Afrique noire et des diasporas (CERCLECAD), basé à Ottawa, au Canada. Il enseigne dans plusieurs universités et Instituts supérieurs du pays, notamment à l’Université de Goma, à l’Université Catholique la Sapientia, au Grand séminaire de philosophie Mgr Busimba à Buhimba et à l’Institut Supérieur de Commerce de Goma où il assume, à présent, la charge de Secrétaire général académique. Ses recherches touchent aux questions de la démocratie, de la sociologie électorale, de la gouvernance universitaire, de la communication politique et de la violence politique. Actuellement, il travaille sur la problématique des mouvements sociaux en Afrique, dont un livre est en chantier. Son ouvrage est paru sous le titre : Phidias Ahadi Senge Milemba, États de l’État africain. Des déficiences fonctionnelles aux perspectives d’un horizon possible, Paris, L’Harmattan, 2019, 260 p. 27 Euros ISBN : 978-2-343-17516-4  (Préface de Benoît AWAZI MBAMBI KUNGUA).

[3] Benoît Awazi Mbambi  Kungua (Dir.), L’inexistence de l’État en Afrique contemporaine et l’opérationnalisation des alternatives politiques émancipatrices,  Afroscopie IX/2019(Revue savante et pluridisciplinaire sur l’Afrique et les communautés noires), publiée par Le Cerclecad-Harmattan, Ottawa-Paris, 2019 (À Paraître).

[4] Docteur en Philosophie de l’université Paris IV-Sorbonne (avec une thèse en phénoménologie : Donation, Saturation et Compréhension. Phénoménologie de la donation et phénoménologie herméneutique : Une alternative ?, L’Harmattan, Paris, 2005, dirigée par le professeur Jean Luc Marion de l’Académie française) et titulaire d’un DEA en Théologie de l’université de Strasbourg, Benoît Awazi Mbambi Kungua focalise ses recherches pluridisciplinaires sur la quête d’un leadership éthique, intellectuel, prophétique et réticulaire, pour l’éclosion effective d’une « Autre Afrique », celle qui marche, fière, digne et debout, vers l’édification d’un avenir prospère pour ses populations malmenées par la crise économique dite pompeusement « mondiale ». Il est l’actuel président du Centre de Recherches Pluridisciplinaires sur les Communautés d’Afrique noire et des diasporas (Cerclecad, www.cerclecad.org) basé à Ottawa, au Canada. Parmi ses ouvrages, signalons : Panorama de la Théologie négro-africaine contemporaine, L’Harmattan, Paris, 2002 ; Donation, Saturation et Compréhension. Phénoménologie de la donation et phénoménologie herméneutique : Une alternative ?, L’Harmattan, Paris, 2005 ; Panorama des Théologies négro-africaines anglophones, L’Harmattan, Paris, 2008 ; Le Dieu crucifié en Afrique. Esquisse d’une Christologie négro-africaine de la libération holistique, L’Harmattan, Paris, 2008 ; De la Postcolonie à la Mondialisation néolibérale. Radioscopie éthique de la crise négro-africaine contemporaine, L’Harmattan, Paris, 2011 ; Déconstruction phénoménologique et théologique de la modernité occidentale : Michel Henry, Hans Urs von Balthasar et Jean-Luc Marion, L’Harmattan, Paris, 2015. Son prochain ouvrage a pour titre Le Tournant prophétique des théologies négro-africaines contemporaines. De l’Auto- Performativité de la Deutérose, L’Harmattan, Paris, 2019. (À Paraître).

[5] Pour une Bibliographie détaillée de la Très Honorable Michaelle Jean, je renvoie à sa page dans Wikipédia https://fr.wikipedia.org/wiki/Micha%C3%ABlle_Jean

[6] Député / Member of Parliament – Hull-Aylmer
Chambre des communes | House of Commons

Édifice de la Confédération, pièce 331 | Confederation Building, Room 331
Ottawa (Ontario) K1A 0A6
Bureau. (613) 992-7550
Télec. / Fax : 613-992-7599
greg.fergus.@parl.gc.ca<mailto:greg.fergus.@parl.gc.ca>

[7] Lire l’ouvrage raciste, esclavagiste et néocolonialiste de Stephen Smith, Négrologie. Pourquoi l’Afrique meurt, Calmann-Lévy, Paris, 2003. Lire aussi des ripostes intelligentes, incandescentes et vigoureuses au racisme primaire et stupide de Stephen Smith : Boubacar Boris Diop, Odile Tubner et François Xavier VerschaveNégrophobie, Les Arènes, Paris, 2005 ainsi que mon ouvrage : Benoît Awazi Mbambi Kungua, De la Postcolonie à la Mondialisation néolibérale. Radioscopie éthique de la crise négro-africaine contemporaine, L’Harmattan, Paris, 2011, 204 pagesISBN : 978-2-296-54944-9, Prix : 20,50 Euros (« Collection Études Africaines »).                   

[8] Pour approfondir l’histoire de l’esclavage, lire mes recensions aux ouvrages suivants : Yves Verbeek, Histoire de l’Esclavage de l’Antiquité à nos jours, T.1, Éditions Famot, Genève 1976, 249 pages, Prix non indiqué ; Mathilde Giard, L’Esclavage de l’Antiquité à nos jours, Père Castor Éditions Flammarion, Paris, 2007, 127 pages, ISBN : 978-2-0816-3457-2, Prix : 8,50 Euros, Recensés par Benoît Awazi Mbambi Kungua, in : (Benoît Awazi Mbambi  Kungua (Dir.),  Philosophies africaines, Études postcoloniales et Mondialisation néolibérale. Variations africaines et diasporiques, Afroscopie VIII/2018, (Revue savante et pluridisciplinaire sur l’Afrique et les communautés noires), publiée par Le Cerclecad-Harmattan, Ottawa-Paris, 2018, 716 pages, ISBN : 978-2-343-13997-5, Prix : 55 Euros, pp. 609-616. Lire aussi ma recension de : Ta-Nehisi Coates, Une Colère noire. Lettre à mon fils, Éditions Autrement, Paris, 2016 (Traduit de l’anglais (États-Unis) par Thomas Chaumont et Préface d’Alain Mabanckou, 205 pages, ISBN : 978-2-7467-4341-0, Prix 17 Euros), in : Benoît Awazi Mbambi  Kungua (Dir.), La Chine et l’Inde en Afrique. Une approche postcoloniale et pluridisciplinaire. Suivi de plusieurs articles en théologie, philosophie et sciences sociales et politiques, Afroscopie VII/2017(Revue savante et pluridisciplinaire sur l’Afrique et les communautés noires), publiée par Le Cerclecad-Harmattan, Ottawa-Paris, 2017, 490 pages, ISBN : 978-2-343-11088-2, Prix : 42 Euros.pp. 384-387.

[9] Je félicite notre membre Amos Yao Sani qui a répondu à l’insulte ‘’merdique***’’ du Président Trump*** en rédigeant carrément un ouvrage d’ambition intellectuelle et de fierté personnelle que j’ai brillamment préfacé : Construire une autre Afrique de l’avenir, L’Harmattan, Paris, 2018 (Préface de Benoît Awazi Mbambi Kungua).

[10] Pour approfondir la théologie prophétique et deutéronomiste, lire mes ouvrages : *B AWAZI MBAMBI KUNGUAPanorama de la Théologie Négro-Africaine  Contemporaine, L’Harmattan, Paris, 2002, 210 pagesISBN : 2-7475-3490-1, Prix : 18 Euros ; *ID., Donation, Saturation et Compréhension. Phénoménologie de la Donation et Phénoménologie Herméneutique : Une alternative ?, L’Harmattan, Paris, 2005, 310 pages, ISBN : 2-7475-8743-6, Prix : 25,5 Euros. (« Collection ‘’Ouverture Philosophique’’ ») ; *ID., Panorama des Théologies négro-africaines anglophones, L’Harmattan, Paris, 2008, 283 pagesISBN : 978-2-296-06056-2, Prix : 27,50 Euros(‘’Collection ‘’Églises d’Afrique’’) ; *ID., Le Dieu Crucifié en Afrique. Esquisse d’une Christologie négro-africaine de la libération holistique, L’Harmattan, Paris, 2008, 330 pages, ISBN : 978-2-296-05864-4, Prix : 31 Euros. (Collection Églises d’Afrique) ; *ID., De la Postcolonie à la Mondialisation néolibérale. Radioscopie éthique de la crise négro-africaine contemporaine, L’Harmattan, Paris, 2011, 204 pagesISBN : 978-2-296-54944-9, Prix : 20,50 Euros (« Collection Études Africaines ») ; *ID., Déconstruction phénoménologique et théologique de la modernité occidentale : Michel Henry, Jean-Luc Marion et Hans Urs von Balthasar, L’Harmattan, Paris, 2015, 316 pagesISBN : 978-2-343-03719-6, Prix : 33 Euros ; *ID., Le Tournant prophétique des théologies négro-africaines contemporaines. De l’Auto- Performativité de la Deutérose, L’Harmattan, Paris, 2019 (À Paraître).

[11] Lire d’affilée mes deux ouvrages-jumeaux : Benoît Awazi Mbambi Kungua., Le Dieu Crucifié en Afrique. Esquisse d’une Christologie négro-africaine de la libération holistique, L’Harmattan, Paris, 2008, 330 pages, ISBN : 978-2-296-05864-4, Prix : 31 Euros. (Collection Églises d’Afrique) & *ID., Déconstruction phénoménologique et théologique de la modernité occidentale : Michel Henry, Jean-Luc Marion et Hans Urs von Balthasar, L’Harmattan, Paris, 2015, 316 pagesISBN : 978-2-343-03719-6, Prix : 33 Euros.

[12] Voir le lien de sa Biographie dans Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_Legault

[13] Docteur en Philosophie de l’université Paris IV-Sorbonne (avec une thèse en phénoménologie : Donation, Saturation et Compréhension. Phénoménologie de la donation et phénoménologie herméneutique : Une alternative ?, L’Harmattan, Paris, 2005, dirigée par le professeur Jean Luc Marion de l’Académie française) et titulaire d’un DEA en Théologie de l’université de Strasbourg, Benoît Awazi Mbambi Kungua focalise ses recherches pluridisciplinaires sur la quête d’un leadership éthique, intellectuel, prophétique et réticulaire, pour l’éclosion effective d’une « Autre Afrique », celle qui marche, fière, digne et debout, vers l’édification d’un avenir prospère pour ses populations malmenées par la crise économique dite pompeusement « mondiale ». Il est l’actuel président du Centre de Recherches Pluridisciplinaires sur les Communautés d’Afrique noire et des diasporas (Cerclecad, www.cerclecad.org) basé à Ottawa, au Canada. Parmi ses ouvrages, signalons : Panorama de la Théologie négro-africaine contemporaine, L’Harmattan, Paris, 2002 ; Donation, Saturation et Compréhension. Phénoménologie de la donation et phénoménologie herméneutique : Une alternative ?, L’Harmattan, Paris, 2005 ; Panorama des Théologies négro-africaines anglophones, L’Harmattan, Paris, 2008 ; Le Dieu crucifié en Afrique. Esquisse d’une Christologie négro-africaine de la libération holistique, L’Harmattan, Paris, 2008 ; De la Postcolonie à la Mondialisation néolibérale. Radioscopie éthique de la crise négro-africaine contemporaine, L’Harmattan, Paris, 2011. Son dernier ouvrage paru est : Déconstruction phénoménologique et théologique de la modernité occidentale : Michel Henry, Hans Urs von Balthasar et Jean-Luc Marion, L’Harmattan, Paris, 2015. Son prochain ouvrage a pour titre : Le Tournant prophétique des théologies négro-africaines contemporaines. De l’Auto- Performativité de la Deutérose, L’Harmattan, Paris, 2018. (À Paraître).

[14] Lire l’ouvrage de Judith Cardin, Politique de l’immigration choisie au CanadaTraité d’indignation d’une Afro-Canadienne, L’Harmattan, Paris, 2016, 212 pages, ISBN : 978-2-343-10212-2, 22 euros et ma recension publiée dans :  Benoît AWAZI MBAMBI  KUNGUA (Dir.), La Chine et l’Inde en Afrique. Une approche postcoloniale et pluridisciplinaire. Suivi de plusieurs articles en théologie, philosophie et sciences sociales et politiques, Afroscopie VII/2017, (Revue savante et pluridisciplinaire sur l’Afrique et les communautés noires), publiée par Le Cerclecad-Harmattan, Ottawa-Paris, 2017, 490 pages, ISBN : 978-2-343-11088-2, Prix : 42 Euros., pp. 481-485.

[15] C’est l’expression utilisée au Québec et ailleurs au Canada pour désigner les personnes (dont la majorité sont des femmes noires d’Afrique, des Antilles et des Caraïbes) qui prennent soin des personnes âgées et malades « internées » dans des maisons de retraite : ces préposés aux bénéficiaires doivent chaque jour, les nourrir, les laver, les nettoyer et supporter leurs caprices, voire des propos racistes et discriminatoires. Avec l’accélération du vieillissement des populations des pays d’Europe et d’Amérique du Nord, cette main d’œuvre est systématiquement requise. Il y a ces derniers temps au Canada, des débats sociaux, médiatiques et politisés autour de la pénurie de cette main d’œuvre à bon marché, car ces préposés aux bénéficiaires sont de plus en plus submergés et débordés par la quantité de travail sans cesse accrue, à tel point que beaucoup succombent sous cette pression à la fois psychique et physique, deviennent à leur tour malades et arrêtent le travail.

[16] Je salue ici le courage intellectuel et visionnaire de l’un d’eux, Amos Yao Sani dans son ouvrage paru, il y a quelques jours et que j’ai préfacé : Construire une autre Afrique de l’avenir, L’Harmattan, Paris, 2018 (Préface de Benoît Awazi Mbambi Kungua).

[17] Lire l’ouvrage de l’écrivain afro-américain : Ta-Nehisi Coates, Une Colère noire. Lettre à mon fils, Éditions Autrement, Paris, 2016 (Traduit de l’anglais (États-Unis) par Thomas Chaumont et Préface d’Alain Mabanckou, 205 pages, ISBN : 978-2-7467-4341-0, Prix 17 Euros) et ma recension dans : Benoît Awazi Mbambi  Kungua (Dir.), La Chine et l’Inde en Afrique. Une approche postcoloniale et pluridisciplinaire. Suivi de plusieurs articles en théologie, philosophie et sciences sociales et politiques, Afroscopie VII/2017, (Revue savante et pluridisciplinaire sur l’Afrique et les communautés noires), publiée par Le Cerclecad-Harmattan, Ottawa-Paris, 2017, 490 pages, ISBN : 978-2-343-11088-2, Prix : 42 Euros., pp. 384-387.

[18] Lire notre revue colossale et imposante : Benoît Awazi Mbambi  Kungua (Dir.),  Philosophies africaines, Études postcoloniales et Mondialisation néolibérale. Variations africaines et diasporiques, Afroscopie VIII/2018, (Revue savante et pluridisciplinaire sur l’Afrique et les communautés noires), publiée par Le Cerclecad-Harmattan, Ottawa-Paris, 2018, 716 pages, ISBN : 978-2-343-13997-5, Prix : 55 Euros

[19] *ID., Déconstruction phénoménologique et théologique de la modernité occidentale : Michel Henry, Jean-Luc Marion et Hans Urs von Balthasar, L’Harmattan, Paris, 2015, 316 pagesISBN : 978-2-343-03719-6, Prix : 33 Euros. ; Benoît Awazi Mbambi  Kungua (Dir.), Dieu et l’Afrique. Une approche prophétique, émancipatrice et pluridisciplinaire, Afroscopie VI/2016(Revue savante et pluridisciplinaire sur l’Afrique et les communautés noires), publiée par Le Cerclecad-Harmattan, Ottawa-Paris, 2016, 659 pages, ISBN : 978-2-343-08467-1, Prix : 54 Euros. ; Benoît Awazi Mbambi  Kungua (Dir.),  Philosophies africaines, Études postcoloniales et Mondialisation néolibérale. Variations africaines et diasporiques, Afroscopie VIII/2018(Revue savante et pluridisciplinaire sur l’Afrique et les communautés noires), publiée par Le Cerclecad-Harmattan, Ottawa-Paris, 2018, 716 pages, ISBN : 978-2-343-13997-5, Prix : 55 Euros

[20] Magistralement analysée dans l’œuvre colossale et révolutionnaire de Pierre Bourdieu.